Les anthropologues au chevet des patients de la Covid-19 en fin de vie en milieu hospitalier

Les institutions de santé recommandent diverses mesures pour limiter la propagation de Covid-19. Mises en œuvre de manière circonstanciée, ces dispositions associent isolement, quatorzaine ou confinement ; réaménagement des dispositifs de soins dans les hôpitaux ; imposition de « gestes barrières » ; fermeture des frontières ; restriction des déplacements, etc.

L’un des changements dans l’exercice de la médecine hospitalière en temps de Covid concerne l’expérience des équipes soignantes de la fin de vie et des décès. Certaines mesures concernent la prise en charge des personnes mourantes et la pratique des rites funéraires.

Quatre phases sont distinguées : soins médicaux ; fin de vie ; transport des personnes décédées ; soins mortuaires avant mise en bière. À partir des enquêtes menées à l’Hôpital européen de Marseille (HEM) et des apports de recherches antérieures sur Ebola, cet article restitue une expérience concrète de contribution de l’anthropologie en contexte hospitalier visant à mieux intégrer les impératifs socioculturels dans l’accompagnement digne des personnes atteintes des formes graves de Covid-19.
Lire la suite

date de publication :14-09-2020