Marseille : l’IA pour diagnostiquer les malformations cardiaques

Un enfant sur 100 naît avec une malformation cardiaque aujourd’hui en France. Souvent dépistée avant la naissance, cette pathologie passe encore, dans une minorité de cas, sous les radars. En cause, les limites de l’échographie qui n’est pas en mesure d’en diagnostiquer tous les détails avec précision malgré l’amélioration des techniques. "Il y a encore trop de loupés, en convient le docteur Edwin Quarello, chef du service gynécologie obstétrique échographie obstétricale, diagnostic prénatal à l’hôpital Saint-Joseph à Marseille. Mais il se défend d’être trop alarmiste car avec un peu plus de " 60% de malformations diagnostiquées, toutes pathologies confondues, dans le premier trimestre de grossesse, un peu moins de 50% au deuxième trimestre et 3 à 5 % qui apparaissent spécifiquement au 3e trimestre, le taux d’incidence est stable, en France depuis plusieurs années, tempère le spécialiste. Sans être chauvin, nous sommes même le pays où l’on a le mieux structuré cet examen et où on obtient le meilleur de taux de dépistage."
lire la suite

date de publication :09-10-2020