V° Rencontres Internationales Francophones de Bioéthique

du jeudi 7 avril 2011 à partir de 13H30 au samedi 9 avril 2011 jusqu'à 19H00

Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve (Belgique) :
Auditoire Doyen 31, Place des Doyens 1

Université de Namur (FUNDP), Namur (Belgique) :
Auditoire S1 (Faculté des Sciences) - Auditoires M3-M4 (Faculté de Médecine)

Renseignements

Pour toute demande d’information pratique, merci de contacter Madame Mireille Meert :

mireille.meert@fundp.ac.be

Tél. : +32-81-72.41.19


l’Association Droit, Ethique et Sciences (IALES), le Centre de Droit Médical et Biomédical (CDMB) de l’UCL et le Centre Interdisciplinaire Droit, Ethique et Sciences de la Santé (CIDES) de l’Université de Namur (FUNDP), organiseront conjointement les 5èmes rencontres internationales francophones de bioéthique sur le thème : « Construire et enseigner la bioéthique dans les pays francophones : au carrefour des disciplines et des pratiques ».

La bioéthique est aujourd’hui tout à la fois très anglophile et très anglophone. Les ouvrages, les revues et les prises de position dans le domaine sont souvent écrites en anglais, par des anglophones, généralement issus des pays les plus développés. Par ailleurs, les formations - diplômantes ou non – en bioéthique qui sont offertes un peu partout dans le monde sont régulièrement proposées en anglais, par des intervenants qui ont eux-mêmes été éduqués en anglais.

Un tel tropisme est parfaitement en phase avec l’histoire. Après tout, l’acte de naissance de la bioéthique est signé en anglais, en anglais des Etats-Unis, faudrait-il ajouter. Nous apprécions cette bioéthique-là qui constitue pour tous les chercheurs dans le monde une inestimable source d’inspiration. Mais dans ce colloque, nous souhaiterions montrer qu’il est également possible de construire et d’enseigner une bioéthique francophone.

Nous mettrons dès lors en évidence la vivacité de la francophonie dans l’univers de la bioéthique, en montrant qu’il ne s’agit pas d’une bioéthique de traduction, directement inspirée des travaux en anglais, mais réellement d’une réflexion spécifique marquée par les caractéristiques propres d’une langue et d’une culture francophones.

L’approche francophone occupe aujourd’hui une place à part entière dans l’univers de la bioéthique, mais elle s’enseigne également, un peu partout dans le monde, en fonction des diversités locales. Le respect de ces « diversités » est d’ailleurs essentiel. En francophonie, il y a probablement autant de manières de construire et d’enseigner la bioéthique que d’accents. Notre principal objectif sera précisément de rendre hommage à cette diversité à travers la mise en valeur de l’expérience des uns et des autres, en Belgique, en France, en Suisse, au Québec, en Afrique francophone ou en Europe de l’Est francophile.

De diversité, il sera également question à travers le goût pour l’interdisciplinarité que manifestent en général ceux qui s’intéressent à la bioéthique. Trois disciplines au moins sont indispensables à une réflexion sérieuse à propos des progrès biotechnologiques ou médicaux : l’éthique, la médecine au sens large et le droit. Il nous a semblé digne d’intérêt de réunir dans le cadre de ce colloque des acteurs relevant de ces disciplines et de susciter entre eux un dialogue constructif autour de leurs expériences.

Pour plus d’informations www.construirelabioethique.be/