Vaccin, pilule et thromboses : la balance bénéfices/risques est aussi politique

Le 15 mars dernier, une annonce du président de la République a fait l’effet d’un coup de tonnerre. Alors que la campagne de vaccination en France peinait à atteindre ses objectifs, Emmanuel Macron décidait de suspendre l’utilisation de l’AstraZeneca, dernier vaccin autorisé.
La France s’alignait alors sur les décisions de certains de ses homologues européens. Après le Danemark, la Norvège ou l’Autriche, l’Allemagne avait décidé de suspendre l’autorisation de ce vaccin : l’Institut Paul Ehrlich, agence fédérale de régulation des médicaments et vaccins allemands, rapportait en effet qu’une forme cérébrale grave et très rare de thrombose veineuse avait été déclarée par 7 personnes de moins de 50 ans, après injection.
Lire la suite

date de publication :29-04-2021