La Charte


CHARTE de l’Espace Ethique Méditerranéen

Les grands principes d‘orientation de l’Espace Ethique Méditerranéen

  1. Repenser la vocation centrale de l’exercice médical . A ce titre, la réflexion éthique est fondée sur le respect inconditionnel de la dignité de la personne humaine. Elle s’organise à partir de références humanistes qui interdisent l’assujettissement de la vie humaine à des préoccupations extérieures à la médecine, notamment celles qui considèrent le corps comme un objet, un instrument ou une marchandise.
  2. Organiser la discussion à partir des problèmes concrets qui se posent à l’ensemble de la communauté des soignants et du monde de la santé. Les rencontres de l’Espace Ethique Méditerranéen permettent à chacun d’entendre de nouvelles argumentations, des idées, des solutions, des perspectives auxquelles il n’avait pas spontanément songé. Elles ouvrent aussi à la réflexion une possibilité collégiale de partager les décisions ou de les soumettre à une délibération qui répertorie les objections possibles, sans pour cela chercher à fixer des " avis ". Ces rencontres offrent à chaque soignant un espace d’expression individuelle en fonction de son expérience, de ses convictions philosophiques ou religieuses
  3. Aborder en conscience certaines situations cliniques douloureuses. Parce que rien de ce qui est humain ne nous est étranger et que l’affaire d’un seul est aussi l’affaire de tous, chaque soignant pourra trouver au sein de l’Espace Ethique Méditerranéen une structure d’accueil susceptible d’éclairer les choix cruciaux que les situations cliniques lui imposent régulièrement.
  4. Harmoniser les discours, conduites, les protocoles , face aux contradictions que les avancées de la science et de la médecine font surgir entre interdits et compassion. Il s’agit, dans le cadre d’une éthique de la responsabilité, d’envisager des solutions en considérant à la fois leurs implications juridiques, leurs significations symboliques sur l’image de la médecine dans la société et leurs effets pervers.
  5. Accompagner la réflexion personnelle de ceux qui veulent approfondir une question d’éthique L’Espace Ethique Méditerranéen veut permettre à la pensée de chacun de se développer autrement qu’en vase clos, en constituant un espace d’ouverture pour la recherche, en mettant les informations utiles à la disposition de toutes les personnes grâce à un centre de documentation et de recherche multimédias.
  6. Permettre à chacun d’être tour à tour dans la parole et dans l’écoute . L’Espace Ethique Méditerranéen, comme tout espace, se doit d’être synonyme d’ouverture et de liberté. Il entend libérer la parole de son enfermement dans des schémas de pensée parfois simplificateurs. Il a pour vocation de laisser la pensée se déployer dans un horizon de réflexion plus large que celui des espaces exigus de la scène médiatique, et de s’épanouir en dehors d ???es institutions (politiques, scientifiques, théologiques ou autres), où elle demeure trop souvent confinée.
  7. Offrir un lieu accueillant qui permette à chaque soignant de cohabiter avec les autres professionnels de soin et de confronter les valeurs et la manière de vivre à l’hôpital de chacun. L’Espace Ethique a pour vocation de répondre à la nécessité de briser le sentiment d’isolement des uns et des autres, soignants autant que patients, en créant un espace de discussion et d’échange.
  8. Repenser l’éthique en gardant sa signification première, celle de "l’êthos" qui désigne la "demeure". Envisagée sous cet angle, l’éthique apparaît aussi comme la réflexion sur les conditions nécessaires pour que l’hôpital devienne un espace habitable pour tous ceux que la maladie empêche d’habiter leur propre corps et la chaleur de leur foyer. La réflexion éthique exprime les doutes et l’inquiétude de la pensée de ceux dont la profession est d’accompagner la souffrance d’autrui, dans un rapport compassionnel de co-habitation.
  9. Redonner à l’hôpital son sens de l’hospitalité première et fondatrice. Au-delà des performances accomplies par les techniques médicales, il convient de se souvenir que l’espace qui entoure le patient ne peut être peuplé uniquement de produits et d’appareils, mais doit s’enrichir aussi de sourires, de regards, de gestes et de paroles.
  10. Reconsidérer l’hôpital comme un espace social espace d’expression et de conciliation des valeurs républicaines de liberté, égalité et fraternité. L’hôpital est une micro-société inscrite dans l’espace public, où le souci éthique du corps humain participe donc du souci politique du corps social. Il vise à faire ressentir à la personne soignée que le monde dans lequel elle vit avec peine et parfois même à peine, est encore un monde habitable