Le ministère de la santé s’oriente vers un DMP de 2° génération

Le dossier Médical Personnel (DMP) ne suscite pas un réel engouement de la part de tous les acteurs (Professionnels de santé, patients). En quelque mois d’existence, seulement 210 000 dossiers ont été créés dans 160 établissements de santé et par 4000 médecins traitants. Cet échec relatif du DMP pose la question du devenir de ce dernier.


Le dossier Médical Personnel (DMP) ne suscite pas un réel engouement de la part de tous les acteurs (Professionnels de santé, patients). En quelque mois d’existence, seulement 210 000 dossiers ont été créés dans 160 établissements de santé et par 4000 médecins traitants. Cet échec relatif du DMP pose la question du devenir de ce dernier. 3 options ont été envisagées par le ministère de la santé :

  • 1) Continuer le déploiement du DMP de la même manière avec toutes les réserves des professionnels de santé
  • 2) Arrêter le déploiement du DMP
    Compte tenu des sommes importantes déjà engagées (la cour des comptes dans ces conclusions autour du DMP avancent le chiffre de 210 Millions d’€ avec une grande marge d’approximation), ces deux premières options n’ont pas été retenues afin de ne pas perdre l’investissement financier et logistique déjà engagé pour la mise en place de ce dossier.
  • 3) Mise en place d’un DMP de 2° génération
    Cette troisième option qui semble obtenir les faveurs du ministère est un « DMP de 2° génération » qui associerait les professionnels de santé de manière plus forte dans la redéfinition des objectifs. Cela nécessiterait aussi de revoir la gestion et la gouvernance de ce projet jusqu’à lors confié à L’ASIP Santé (Agence des Systèmes d’Information Partagés de Santé).

On observe que la notion de DMP de 2° génération est en fait une refonte complète du projet. Il reste à espérer que les errances du passé ne seront pas reproduites et qu’un DMP qui satisfera aux exigences de tous les acteurs de santé (professionnels et patients) puisse enfin exister.