Le contrôleur des lieux de privation de liberté souhaiterait étendre son contrôle aux EHPAD

.Lors de la remise de son rapport annuel, le contrôleur des lieux de privation de liberté (Jean Marie Delarue) a exprimé son souhait d’étendre sa mission aux EHPAD (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).


Lors de la remise de son rapport annuel, le contrôleur des lieux de privation de liberté (Jean Marie Delarue) a exprimé son souhait d’étendre sa mission aux EHPAD (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes). En effet, selon Mr Delarue, ces établissements, afin d’assurer la sécurité de leurs résidents, sont fermés et limitent fortement la faculté d’aller et venir des personnes. Ces contraintes sont connues de tous mais c’est la première fois qu’une personne fait un parallèle entre ces établissements et les lieux de détention.

Ce rapport souligne que le contrôle permettrait une plus grande transparence de la gestion de ces établissements. Cela aurait pour objectif de rassurer les familles et les associations de malades.
Mr Delarue estime que de nombreux établissements, pour la protection des personnes elles-mêmes, sont fermés « la privation de liberté n’est pas ici de droit mais de fait et peut donc entrer dans le champ des compétences du contrôle général »

Par ailleurs, l’utilisation des nouvelles technologies pour géolocaliser les personnes âgées dépendantes au sein de ces établissements et en dehors est de plus en plus pratiquée.
Le gouvernement a le 12 février installé le Comité National pour la Bientraitance et les droits des personnes âgées et des personnes handicapées donc l’une des premières missions sera justement de réfléchir sur les problèmes éthiques posés par l’utilisation de bracelets électroniques ou autres systèmes pour géolocaliser les personnes âgées dépendantes.

Interview de Joëlle Le Gall présidente de la fédération Nationale des Associations de Personnes Agées en Etablissements et de leurs familles (FNAPAEF).