Journée thématique Éthique et réanimation extrême. Réanimation entre vie et mort

le jeudi 3 avril 2014 de 09:00 à 18:00

Espace éthique/AP-HP/Île-de-France
Hôpital Saint Louis
1 Avenue Claude Vellefaux
75010 Paris

Renseignements et inscription

Catherine Collet catherine.collet@sap.aphp.fr
Tél. 01 44 84 17 55
Inscription gratuite


Sous la direction de Renaud GRUAT
Médecin anesthésiste réanimateur, coordinateur du Réseau nord-francilien de prélèvements d’organes et de tissus

Aujourd’hui, hôpital n’est plus seulement l’endroit où l’on accueille les malades et les blessés pour les soigner et les guérir. Il est banal de dire aussi que l’on y naît et l’on y meurt. Mais cette vision est trop réductrice. L’augmentation des connaissances due aux moyens techniques disponibles et sans précédents fait changer l’attitude des médecins face à la maladie et à la mort. Voilà qu’inéluctable, cette dernière devient problématique, réversible, traitable, utilisable. Voilà que de nouvelles techniques confèrent encore plus de pouvoir aux médecins en leur permettant bientôt à la fois de soigner, de guérir, de sauver mais aussi de laisser ou de faire mourir. Il n’existe pas de définition claire, univoque et universelle de la mort. La mort comme concept instable a permis tout au long de l’histoire de la pratique scientifique et médicale des interprétations, des représentations et des créations paradigmatiques propres à non seulement éclaircir la compréhension de ce concept, mais à le complexifier, volontairement ou non, en le faisant dépendre de l’évolution des connaissances certes,
mais aussi du contexte sociétal et socio-économique. Comme si l’étrangeté et la complexité conceptuelle servaient aux experts mais également à la société pour repenser la mort, également à la techniciser le plus souvent dans une finalité utilitariste.

Thèmes

  1. La réanimation entre vie et mort. Du sens des mots. De l’interpénétration des concepts philosophiques et du droit dans les pratiques.
  2. La question de la réanimation cardio-pulmonaire. La mort comme instant ou comme processus ?
  3. La question de la réanimation et de la fin de vie : des réunions de limitation des thérapeutiques actives à la loi relative aux droits des malades et à la fin de vie. De la sédation à l’euthanasie. De l’obstination à l’abandon.
  4. Les questions éthiques présentes et à venir en lien avec de l’état de mort encéphalique, les prélèvements d’organes sur des personnes décédées après arrêt cardiaque dits persistants ou réfractaires, les personnes dites de la catégorie III de Maastricht ; les greffes d’utérus.

Programme