La vie privée en ligne, l’autre victime du coronavirus

En pleine pandémie, de plus en plus de pays se décident à épier leurs citoyens en quarantaine grâce à l’exploitation de leurs données de géolocalisation. En Europe, où le règlement général sur la protection des données personnelles protège la vie privée en ligne comme nulle part ailleurs dans le monde, le virus vient d’avoir raison de ce garde-fou.
Aux grands maux, les grands remèdes. Et pour cause : près de trois milliards d’être humains sont aujourd’hui forcés de vivre confinés chez eux pour limiter la propagation du Covid-19, qui à ce jour a officiellement tué près de 17.000 personnes sur tous les continents. En complément du confinement, les autorités d’un nombre grandissant de pays n’hésitent plus à employer un autre "grand remède", quitte à raboter encore un peu plus les libertés individuelles et le respect de la vie privée de leurs citoyens : le traçage de ces derniers par le biais de leur téléphone portable.

Lire l’article

date de publication :25-03-2020