Covid-19 et solitude souffrante au quotidien de vies bouleversées

Elle ne voulait pas que son mari aille en ehpad… alors elle s’est occupée de lui, jour après jour… sa mémoire se désertifiait, ses mots étaient rares et déformés, ses sourires étaient devenus mécaniques et incongrus…elle s’habitua à cette lente dégradation ; grâce aux conseils de bénévoles alertés par le voisinage, elle put avoir quelques répit. Puis vint le confinement…. Son mari se coucha, plaintif, refusant toute nourriture. Il n’était pas fébrile. Elle put appeler son médecin qui ne cacha pas son pessimisme… Il se couvrit en quelques jours d’escarres. Et il mourut. Elle est toujours seule, confinée…des bénévoles lui déposent ses courses et lui téléphonent…
....
Ces courtes histoires de vie disent quelques exemples de la face cachée du confinement, celle des personnes sans voix ou inaudibles dont l’équilibre fragile, par leur condition sociale, par leur lieu ou leur mode d’habitat, par la maladie ou le handicap a été mis à mal par le confinement.

Lire le texte

date de publication :23-04-2020