Newsletter

Novembre 2020

Edito

La progression de l’épidémie de Covid-19 laisse craindre un manque de place en réanimation dans les jours à venir. Malgré un souci constant de favoriser l’accès aux soins pour tous, les professionnels de santé sont d’ores et déjà face à des décisions difficiles, que ce soit pour la déprogrammation, la prise en charge en hospitalisation ou en réanimation, le transfert dans d’autres hôpitaux ou cliniques.

 

La ligne de mire qui est d’apporter les soins les plus appropriés à tous devient une ligne de crête. Ainsi des patients qui, en situation habituelle, auraient été pris en réanimation pourraient ne pas y être admis au cours de l’actuelle deuxième vague. Des malades en attente d’interventions chirurgicales non urgentes doivent être déprogrammées, dans toutes les spécialités, reportées à une date ultérieure, imprécise, à l’issue de la crise sanitaire. Ces situations sont pourvoyeuses des tensions avec les familles, entre les équipes et pour les professionnels eux-mêmes, confrontés à ces choix moralement difficiles.

 

Lorsque les moyens viennent à manquer, prioriser devient inévitable ; on a alors le choix entre un arbitraire relatif (s’entendre de façon collégiale sur des critères de priorisation) ou un arbitraire absolu (que pourraient être le tirage au sort ou la liste d’attente en fonction de la date d’arrivée). Les médecins, les soignants, les usagers ne peuvent se contenter de l’arbitraire absolu, et sont donc tenus d’accepter de se confronter à une difficile question : «lorsque la médecine n’a plus d’élément pertinent pour décider, quels pourraient être les critères moralement et socialement acceptables  d’une juste répartition des ressources disponibles ? ». Peut-être faudrait-il ouvrir un grand débat public sur les critères de priorisation des malades en cas de pénurie afin que les choix, s’ils devaient être faits, puissent s'appuyer sur une validation démocratique.

S’appuyer sur des critères établis par la concertation ne peut cependant pas suffire. Les critères de priorisation peuvent servir de guide mais pour la décision finale, recourir à des discussions collégiales au cas par cas, en lien avec le patient, sa famille et les soignants qui le connaissent le mieux, reste indispensable.

 

La maladie grave qui menace, la mort possible, nous en avons tous conscience, et un questionnement sur notre rapport individuel ou collectif à la mort, difficile exercice de lucidité, pourrait nous aider à traverser cette crise et en sortir enrichis de pratiques renouvelées, en matière d’annonce et d’accompagnement de fins de vie.

 

L'équipe de l'Espace Ethique.

Actualités

L'ouvrage : Limites et psychiatrie : enjeux éthiques

Sous la direction de : Nicole Cano, Margaux Illy, Frédérique Lagier, Valéry Ravix vient de paraitre.

Pour le commander cliquez-ici

L’Espace de Réflexion Éthique Paca-Corse a réactivé sa cellule de soutien éthique (CSE) ayant pour mission de partager les décisions complexes et d’accompagner la réflexion éthique des soignants des établissements de proximité, dont ceux de l’AP-HM.

En savoir plus

Agenda

La crise sanitaire ne nous permet pas d'accueillir du public au sein de notre structure. Toutefois, les conférences-débats seront accessibles en visio-conférence sur inscription.

Conférence-débat : retour sur les problèmes éthiques en situation de crise sanitaire Vendredi 20 Novembre 2020 de 14h à 17h.

En savoir plus

Conversations éthiques des commissions de l’Espace Ethique Méditerranéen Spéciale COVID-19. Vendredi 4 décembre 2020 de 14h à 16h30

En savoir plus

Débat autour des objets connectés Lundi 23 Novembre 2020 de 10h à 11h30.

En savoir plus

 

Numérique en santé : les problèmes éthiques. mardi 15 décembre 2020 de 14h à 17h

En savoir plus

Lecture

Et si c'était la fin d'un monde

Enquête et entretien sur la loi de bioéthique 2020

Loup Besmond de Senneville, Martin Steffens

La loi de bioéthique 2020, qui prévoit notamment l'extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, est un enjeu politique pour le gouvernement. Il faut éviter l'explosion produite par la loi ouvrant le mariage pour tous en 2012-2013. 
Que peut changer cette loi ? Quels en sont les enjeux ? Le philosophe Martin Steffens donne des clés pour comprendre, vivre et dépasser les débats politiques existants. Comment les chrétiens peuvent-ils se situer face à ces évolutions ? Il déplace la question : et si le combat relevait, plutôt que d'un débat théorique, d'un véritable défi spirituel ?

Loup Besmond de Senneville est chef de rubrique bioéthique à La Croix.
Martin Steffens est philosophe et auteur de nombreux ouvrages.

 

Pour approfondir vissualiser la présentation de l'ouvrage par les deux auteurs le 9 octobre 2019. cliquez-ici

D'autres événements ont lieu à l'Espace Ethique, n'hésitez pas à consulter notre site Web. Cliquez-ici pour accéder à l'agenda du dernier trimestre 2020.

N’hésitez pas à découvrir les autres productions sur notre site mis à jour quotidiennement
Cliquez-ici